"j'ai quelque chose à te dire"

- Qu'est-ce qu'il y a Jacques ? Tu... ne vas pas me quitter ? 
Matador, Mickey 3d

Un rendez-vous dans un bistrot et "j'ai quelque chose à te dire", c'est pour éviter que ça se passe en tête à tête ?

- J'ai eu beaucoup de mal à me débarrasser d'un triste individu et j'avais hâte de te revoir, c'est tout. J'étais souvent malheureux dans ce café 



quand j'avais vingt ans, et il était grand temps que ça change.

Nos coudes étaient sur la table et nos mains se tenaient. Ses yeux se remplirent de larmes.

- Jacques, qu'est-ce qu'on fait quand on est complètement heureux ? On se fait sauter la cervelle ou quoi ? J'ai l'impression d'être une voleuse. Le monde n'est pas fait pour ça.

- En général, ça se tasse. Il paraît qu'il ne faut pas avoir peur du bonheur. C'est seulement un bon moment à passer.



Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable, Romain Gary - s'attaque à un sujet tabou.

j'ouvre le fichier


(You're So Square) Baby I Don't Care, Queen 
À nous entendre, nous nous serions crus dans un bureau de trois cent mètres carrés, le nôtre en fait à peine soixante. En tout, nous sommes quatre : le responsable du design, une nouvelle recrue, moi - le patron, et un autre employé. Notre équipe n'est pas du tout équilibrée ! Et le fait de n'être qu'entre hommes accentue ce déséquilibre. J'ouvre le fichier que Park m'a envoyé.

Park s'approche de mon bureau. En voyant l'image sur l'écran, il éclate de rire.

- Je me suis trompé de fichier. C'est la première esquisse !

- Tu vois ? C'est parce que tu travailles de la sorte que nous payons toujours le loyer en retard. Le temps d'envoyer le mauvais fichier, de venir jusqu'ici, de retourner à ton bureau et de m'envoyer le bon fichier, si j'ajoute le temps qu'il me faut pour l'ouvrir...


- Mais comme tu es nul en maths, il te faudra plus de temps pour faire le calcul que je n'en ai gaspillé, me rétorque Park.

- Un employé qui crie sur le patron, c'est quoi cette entreprise !

- Une bonne entreprise !


KIM JUNG-HYUKBus errant. Je n'ai toujours pas écrit les premiers mots.  quatre micro-fictions, une critique distrayante et osée de la société coréenne.

VENT D'EST / Ivan Sombre
chronique ICI

Titre original : Akkideuleui doseogwan. Trad. : Lee Seung-shin, Hwang Ji-young, Lee Tae-yeon, Jeong Hyun-joon, Aurélie Gaudillat. (comment traduit-on à cinq ?)

toujours en filigrane

Je sens que je ne dois ni ne le peux. 

photo © F. L'adorer, Étienne Daho

Peut-être s'effacera-t-elle de mon esprit pendant de courts instants, le soir ou la nuit peut-être. Cette réalité désespérée, ces matins immuables seront toujours les mêmes. Ces mêmes sentiments reviendront, ce même manque funeste, cet ennui usant et cuisant. 

Où que je vive, où que je cherche la consolation et l'oubli, - je la chercherai toujours en tâtonnant à mes côtés, où elle ne sera pas. 

J'essayerai d'éteindre son image, de dissimuler son visage... toujours en filigrane apparaîtront le profil parfait et la boucle de cheveux derrière l'oreille.



Paris, automne 1889 - Iisalmi, juillet 1890



Juhani Aho, Seul (Yksin, trad. du finlandais par Bénédicte Villain, Rivages, parution août 2013). Juhani Aho (1861 - 1921) "fut l'un des porte-drapeaux de la culture finlandaise. Véritable "écrivain national" de son pays, également journaliste et traducteur (Maupassant, Zola, Daudet), il a été adapté au cinéma par Aki Kaurismäki (Juha, 1999)". - semi-autobiographique, monologue intérieur d'un homme mûr, amoureux à sens unique d'une jeune-fille, Anna, bien plus jeune que lui. description chirurgicale de ses états d'âme, imaginaire et espoir vains, exprimés dans une très belle langue. 

'ennemi perdu'


"C'est ça, fiston, c'est comme ça qu'on avance! 

En silence, comme les chats, comme les partisans! La surprise, toujours la surprise!


'Ennemi surpris, ennemi baisé !' répétait le professeur...

  

Enfin, il disait 'ennemi perdu', 
parce qu'il avait de l'instruction; mais ça sonnait plus juste à notre façon... 


Oui, maintenant, attaque!